Data centers : un coût écologique qui se renforce

73

Dans un rapport paru en février, l’Ademe analyse l’impact spatial et énergétique des data centers sur les territoires avec un focus sur l’Île-de-France et trois territoires américains.

Le secteur du numérique consommait déjà 7 % de l’électricité mondiale en 2013. À eux seuls, les data centers représentaient 2 % de la demande, soit 420 TWh. Et les prévisions estiment toutes que la quantité d’électricité nécessaire à leur fonctionnement ne peut que monter. En 2030, ils pourraient capter 13 % de l’électricité mondiale. En outre, ces équipements déstabilisent le système énergétique : ils capteraient des puissances importantes pour freiner leurs concurrents. Les porteurs de projets ont pris l’habitude de demander une puissance plus forte que celle qu’ils souhaitent souscrire. Leur objectif est de bloquer une quantité d’électron pendant des mois, le temps que leur demande remonte la file d’attente.

Mais d’autres acteurs comme Apple, Facebook ou Microsoft ont fait un choix inverse. Ils ont choisi de produire leur propre électricité, en général via des sources renouvelables. Cela leur garantie des prix stables et l’autonomie énergétique. Mais ne règle en rien l’enjeu de la sobriété énergétique.

LIEN(S) : Pour lire cet article en entier, rendez-vous dans Energie Plus n°624

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.