Contrat de performance énergétique en copropriété : une première exemplaire à Lyon

Les Pléiades (c) Laure Marandet
47

Pour la première fois sur la région Auvergne-Rhône-Alpes, deux copropriétés viennent de boucler une rénovation énergétique globale dans le cadre d’un contrat de performance énergétique (CPE). Situé au cœur de Lyon, l’immeuble Les Pléiades est un parfait exemple de l’intérêt de cet outil dans une rénovation de copropriété. Avec ses 4000 m² habitables, ses 27 logements et ses 2 commerces, cet immeuble datant de 1964 est passé d’une étiquette D (182 kWh/m²) à une étiquette C (96 kWh/m²).

En octobre 2015, un premier audit a été lancé, puis s’en sont suivis un an et demi d’études préparatoires et de contractualisation puis 10 mois de travaux. Le syndic s’est rapidement orienté vers un CPE. C’est le groupement Operene qui a été choisi pour coordonner les différentes PME amenées à intervenir sur le chantier.

Des solutions techniques classiques

L’isolation thermique par l’extérieur de la façade côté cour et pignons a permis un premier gain énergétique estimé à 13 %, et ce malgré l’impossibilité d’isoler la façade côté rue. De même, les menuiseries n’ont pas fait partie du plan de rénovation, cependant au moins quatre résidents ont profité des travaux pour faire changer leurs ouvrants et ajouter des volets roulants.

Deux autres axes de travaux étaient incontournables : la mise en place d’un système de ventilation hybride hygroréglable et l’isolation thermique du plancher bas – réalisée par projection sur le plafond des caves. Enfin, c’est évidemment la rénovation de la chaufferie qui a permis les plus belles économies d’énergie.

Valorisation du bien immobilier

Résultat : 35 % d’économies d’énergie sur le poste chauffage, garantis pendant 10 ans. Grâce aux divers mécanismes d’aide financière, le reste à charge moyen est d’environ 16 000 € par appartement. Une somme longue à amortir, même avec les économies réalisées. Mais une étude notariale a montré que le prix de vente au m² augmente de 3 à 5 % lorsqu’on change d’étiquette énergétique.

LIEN(S) : Vous avez lu une petite partie de cet article. Retrouvez-le en entier dans le n°614

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.