Coénove et Artelys réexplorent le scénario de la SNBC 2050

67

Coénove et Artelys se sont associés pour modéliser le mix énergétique 2050 du secteur résidentiel. Ils ont repris le scénario de la SNBC en y ajoutant les technologies hybrides et une grande part de gaz.

En effet, le chauffage au gaz n’est pas assuré aux deux tiers par des pompes à chaleur (PAC) à gaz et à un tiers par des chaudières à condensation comme le décrit la SNBC, mais par un mélange de 5 % de PAC gaz, de 40 % de PAC hybride et de 55 % de chaudières à condensation. Les gaziers sont ainsi plus prudents sur la capacité du marché à intégrer de nouvelles technologies. […]

Après analyse de plusieurs scénarios climatiques qui impactent la pointe hivernale, le logiciel de simulation développé par Artelys évalue la demande au pas de temps horaire et offre un possible mix, détaillant la capacité installée, le dispatch horaire, les coûts de production, le prix de l’électricité, etc. De fait la “Transition par le gaz” de Coénove obtient un mix plus équilibré pour le secteur résidentiel. Alors que le scénario SNBC AMS compte 56 % d’électricité en 2050 (contre 37 % actuellement), le mix du scénario gazier en compte 39 % auxquels s’ajoute la part des technologies hybrides à hauteur de 13 %. La part du gaz, elle, passe des 41 % actuels à 20 %, alors que la SNBC ne lui en accorde que 12 %. Le parc de 34,9 millions de logements ainsi desservi en 2050 verrait la pointe de consommation électrique l’hiver à 19 h réduite à 109,1 GW dans le scénario de Coénove alors qu’elle monte à 114,1 GW pour la SNBC. Si cette réduction peut paraître négligeable, il n’en est rien. Elle aide à se passer de 4 GW de centrales thermiques à flamme et à baisser la consommation annuelle du résidentiel (268 TWh contre 272 TWh dans la SNBC).

Le scénario “Transition par le gaz” nécessite plus de gaz que SNBC AMS mais, malgré cet ajout (+16 TWh), tout est couvert par du gaz renouvelable, selon Coénove. Il permet aussi une économie de 270 millions d’euros par rapport au scénario SNBC AMS : la diversification du mix énergétique et l’inclusion des solutions hybrides permet des économies sur le système électrique qui sera moins surchargé à la pointe de consommation.[…]

LIEN(S) : Lisez cet article en entier dans le n°631

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.