Bilan carbone : mesurez vos émissions significatives !

7

[Cet article est paru en avril 2017, dans le numéro 583 d’Énergie Plus]

Il est difficile de dénombrer les entreprises qui réalisent une estimation de leurs émissions carbone, car il n’existe pas de comptabilité globale au niveau national. Même si le bilan des émissions de gaz à effet de serre (Beges) a été rendu obligatoire après le Grenelle de l’environnement, il est encore ignoré par plus de la moitié des acteurs concernés.

Une étude de l’Association Bilan Carbone (ABC) publiée début 2017 indique plusieurs tendances : les démarches volontaires sont peu nombreuses, elles concernent 30 % de l’échantillon (consultants, experts adhérents de l’association ou licenciés de la marque Bilan Carbone©). Cependant, malgré le coût élevé d’un bilan complet, 35 % des 235 Beges réalisés par les répondants ont pris en compte le scope 3, totalement ou partiellement.

Une seconde étude, réalisée par l’Ademe, estime que sur les 4 990 entités éligibles en 2016, seulement 43 % sont en conformité avec la réglementation. Ce bilan est donc loin d’être satisfaisant. En cause peut-être, selon l’Agence, «le caractère novateur de la démarche et l’absence de sanction». Les entreprises et établissements publics qui réalisent leur bilan trouvent en effet l’exercice difficile. Même si certaines ne font pas appel à un prestataire, les sociétés de conseil peuvent les accompagner et diversifient à cet effet leurs activités, en réalisant par exemple des audits énergétiques parallèlement au bilan des émissions.

L’inertie des acteurs concernés pourrait également s’inverser avec la tendance croissante du reporting et les obligations liées aux rapports de responsabilité sociale et environnementale.

LIEN(S) : Envie d’une information plus détaillée ? Achetez le n°583 d’Énergie Plus

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.