Avoir le courage de faire le bilan

Le lancement du label Énergie Carbone (E+C-) en 2016 a préfiguré la future réglementation environnementale des bâtiments neufs, prévue pour 2020. Un projet sur la méthode d’évaluation et les indicateurs testés dans le cadre de cette RE2020 a été publié par l’Administration le 6 novembre dernier. Il a fait réagir des professionnels du secteur craignant que ces nouvelles dispositions freinent les ambitions nationales. Déjà, le projet envisage de diminuer le coefficient d’énergie primaire de l’électricité. Je n’y reviens pas, j’ai déjà expliqué l’ineptie de le porter en dessous de sa valeur actuelle (voir l’édito d’Énergie Plus n°625).

Surtout, les professionnels craignent que le label E+C- ne puissent plus orienter les constructions neuves vers le Bepos. Car pour construire un bâtiment à énergie positive, encore faut-il dimensionner/mesurer ce qui lui donnera cette vertu. Or le projet exclut la possibilité de faire le bilan complet des consommations du bâtiment, ce qui est pourtant primordial : dans un Bepos, les autres usages que ceux pris en compte réglementairement peuvent représenter plus de 60 % de l’énergie primaire consommée ! Comme le dit l’appel, «le bosquet des cinq usages réglementaires va continuer à cacher la forêt des véritables consommations énergétiques des bâtiments» neufs. De plus, le recours à certaines énergies renouvelables électriques est mis à mal et la définition du bilan carbone manque de clarté. Il est encore temps d’amender ce projet : les auteurs de l’appel demandent donc des modifications avec un minimum de courage politique.

À l’écriture de ces lignes, je trouve de mon côté le courage de vous quitter. Depuis plus de 13 ans, je me suis fait l’écho dans Énergie Plus de l’actualité du secteur de l’énergie et plus particulièrement des enjeux de la transition énergétique. La roue tourne et les batailles se répètent, les évolutions ne sont pas toujours à la hauteur des espoirs qu’on a eus. Il est donc temps de passer la main et de viser de nouveaux horizons. Merci à toutes celles et tous ceux qui ont travaillé avec moi à cette belle aventure. Et merci à vous, lectrices et lecteurs, de votre attention et de votre fidélité.

LIEN(S) : Cet Edito introduit le n°637

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.