Arbitrer entre croissance et climat

À l’heure où le Giec a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme sur l’avenir du climat, il est nécessaire de bien comprendre les options qui se présentent à l’humanité. Pour cela, on peut s’appuyer sur une publication de Gaël Giraud, chef économiste de l’AFD, avec Emmanuel Bovari et Florent Mc Isaac dans Ecological Economics, en mai dernier. L’analyse qu’ils ont faite n’est pas extrêmement rassurante… mais donne d’excellentes clés de compréhension.

Les chercheurs ont construit un modèle macroéconomique incluant diverses caractéristiques financières et environnementales. Il leur permet d’examiner les conditions d’une croissance économique sous l’impact du changement climatique et de l’instauration d’un prix du carbone. Les conclusions montrent que sans action pour atténuer les instabilités climatiques, le monde se dirige vers un effondrement économique (baisse de la croissance, du taux d’emploi et hausse de la dette privée) plus ou moins prononcé selon les hypothèses. Malheureusement, vu le retard pris au niveau mondial, une mise en œuvre trop rapide d’un prix du carbone cohérent avec un réchauffement maximum de 2°C (soit 540 $/tCO2 en 2020) précipiterait elle aussi cette récession…

L’objectif des 2°C semble donc inatteignable sauf à développer massivement des technologies de captage/stockage de CO2, ce qui semble peu probable. Gaël Giraud et ses confrères étudient des trajectoires moins rapides mais évitant tout de même la spirale déflationniste. L’effort minimum pour ne pas dépasser +2,5°C est d’avoir un prix de la tonne de CO2 à 44 $ en 2020, 140 $ en 2030 et 300 $ en 2040, comme le préconisait déjà le rapport Stern-Stiglitz. En l’accompagnant de politiques publiques volontaristes et d’une redistribution en faveur des revenus du travail plutôt que du capital, la transition serait moins douloureuse, notamment grâce à des créations d’emplois. Mais elle n’empêchera pas ce difficile arbitrage entre croissance et climat. Bienvenu dans le nouveau monde.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.